Budget 2015 : les chiffres du projet de loi de finances initial

Les débats étaient houleux lors de l'adoption de la loi de finances rectificative 2014. En fonction de leurs obédiences politiques respectives, les Présidents des groupes parlementaires ont appelé à voter oui ou non, ledit document. Les Ministre d’Etat, Ministre de l'Economie et des Finances et celui délégué au Budget ont présenté lundi, à la Représentation nationale, le projet de loi de finances initiale 2015.

Voici, les chiffres clés de ce document avec les arguments du Ministre délégué au Budget qui les soutient par «les effets négatifs des difficultés économiques enregistrées en 2014 ».

I-Recettes

 

Les recettes sont évaluées à 9 706, 01 milliards de francs guinéens contre une estimation de l'exécution au 31 décembre 2014 de 8901,93 milliards de francs guinéens, soit une augmentation de 804, 08 milliards de francs guinéens correspondant à 8, 43 %. Les recettes sont reparties entre les recettes fiscales pour 9383, 59 milliards et les recettes non fiscales pour 322, 42 milliards de francs guinéens.

 

Il en résulte un taux de pression fiscale projeté à 18, 48 % en 2015 contre un taux estimé à fin décembre 2014 à 18, 79 %.

 

II-Dons

 

Ils sont attendus pour 1330, 56 milliards en 2015 contre 3 556, 71 milliards en 2014, soit une baisse de – 2226, 15 milliards (-62, 59%). Ces dons portent sur les dons affectés pour 564, 76 milliards et les dons non affectés pour 765, 80 milliards provenant de l'Agence Française de Développement (205, 10 milliards), des Fonds d'Abu Dhabi (172, 20 milliards), de la Banque Mondiale (259, 00 milliards), de  l'USAID (70,00 milliards) et de la Banque Africaine de Développement (59, 50 milliards).

Le Ministre délégué au Budget souligne que «Ces montants sont susceptibles d'augmenter en fonction des résultats des négociations en cours avec les partenaires au développement ».

III- Dépenses

 

Les prévisions de dépenses pour 2015 s'élèvent à 15 248, 18 milliards de francs guinéens, soit 29, 04 du PIB contre  14565, 83 milliards de francs guinéens dans la loi de finances rectificative 2014, soit 30, 74 % du PIB. L'augmentation des dépenses totales est de 682, 34 milliards de francs guinéens soit 4, 68%.

 

La ventilation de ces prévisions de dépenses entre les titres budgétaires se présente comme suit :

 

Intérêts de la dette publique : 567, 56 milliards dont 414, 91 milliards pour la dette intérieur soit une baisse de 4, 31 % et 152, 62 milliards de francs guinéens pour la dette extérieure soit une augmentation de 46.53 % par rapport à 2014.

 

Traitements et salaires: 2 890 milliards de francs guinéens 2015 contre une estimation à fin décembre 2014 de 2 355, 96 milliards, soit une augmentation de 534, 04 de milliards correspondant à 22, 67 %.

Ansoumane Condé de relever que « Les prévisions au titre des traitements et salaires ont été effectuées sur la base de l'estimation de l'exécution des traitements et salaires à fin décembre 2014 pour un montant de 2 355, 96 milliards de francs guinéens et la prise en compte d'un ensemble de mesures nouvelles (recrutement de 5472 agents pour l'Education, 2000 la Santé,  159 pour la Sécurité, l'application des statuts particuliers de la justice…)chiffrées à 347, 37 milliards de francs guinéens ainsi que d'une provision pour autres mesures pour 186, 06 milliards ».

Autres biens et services : les dépenses relatives aux autres biens et services passent de 3662, 26 milliards de francs guinéens dans la loi de finances rectificative de 2014 à 3184, 90 milliards de francs guinéens, soit une diminution de 477, 36 milliards (-13, 03 %).

« Cela traduit la volonté du gouvernement de réduire dans toute la mesure du possible le train de vie de l'Etat », se félicite le Ministre délégué au Budget.

Subvention et transferts : les subventions et transferts sont prévus pour 2056, 46 milliards de francs guinéens en 2015 contre 2021, 09 milliards de francs guinéens dans la projection révisée 2014 soit un accroissement de 35, 37 milliards de francs guinéens soit 1, 75%. Elles représentent 13, 5% du total des dépenses et 3, 92 % du PIB en 2015 contre respectivement 13, 9% et 4,3% du PIB en 2014.

 

Les dépenses de subventions et transferts représentent 13, 5 % du total des dépenses, 21, 33% des recettes intérieures et 23, 80% des dépenses courantes contre respectivement 13, 9%, 22, 7% et 23, 6% en 2014.

« L'évolution des subventions et transferts courants provient essentiellement de l'augmentation des effectifs dans les universités guinéennes et des pensions », s’est défendu le Ministre Condé.

 

Dépense en capital : les dépenses en capital y compris subventions en capital, prises de participation et restructuration sont prévues à hauteur de 6 355, 56 milliards de francs guinéens contre 5 882, 69 milliards en 2014.

 

Les dépenses d'investissement public exercice 2015 s'élèvent à 6 307, 61 milliards de francs guinéens. Les dépenses d'investissement sur ressources propres passent de 3 298, 50 milliards de francs en 2014 à 3448 milliards en 2015 soit une augmentation de 149, 50 Mds (4, 53%). Quant aux dépenses d'investissement sur ressources extérieures passent de 2 557, 54 milliards en 2014 à 2 859, 61 milliards en 2015 soit une hausse de 302, 07 milliards  (11, 81%).

 

La répartition sectorielle des dépenses d'investissement se présente comme suit :

 

 

BND

FINEX

TOTAL

%

Développement rural

207, 95

380,44

588,40

9,30

Mines, Industrie, Energie, Eaux urbaines, Tourisme

426, 85

1394,70

1821, 55

28,90

Infrastructures

1702, 79

642,25

2345,04

37,20

Secteur social

361,46

247,65

609,12

9,7

Administration

494,56

194,56

689,12

10,9

Droits et taxes

254,36

00

254,36

4,0

Total TTC

3448,00

2859,61

6307,61

100

Déficit budgétaire 

Le déficit budgétaire pour 2015  est de 4 211,61 milliards de francs guinéens. Il est financé par l'emprunt extérieurs (+ 2644, 85 Mds), l'utilisation des recettes  exceptionnelles (+ 2100 Mds), emprunts obligataires (+ 400 Mds), cession d'actifs (+15, 38 Mds). Soit un total de 5160, 23 Mds de francs guinéens net des charges de financements qui sont les suivantes : remboursement dette extérieurement (-513, 33 Mds de francs guinéens) et remboursement dette intérieure (- 435,29 Mds y compris arriérés intérieurs).

Le Ministre délégué au Budget de conclure : « Ce déficit budgétaire et l'équilibre financier qui en résulte, seront modifiés lorsque les négociations en cours aboutiront à des engagements fermes de la part des partenaires techniques et financiers ».  

Mohamed Diawara pour Conakryonline.com

Top Top