« Ça commence à aller », rassure Titi Camara de son lit d’hôpital

« Ça commence à aller parce que c’était au deuxième degré donc, superficiel », ce sont les propos de l’ancien international guinéen de football et ancien Ministre des Sports du Président Alpha Condé. En effet, Aboubacar Titi Camara, l’homme au crane toujours rasé, a été victime d’une brûlure au second degré alors qu’il faisait le ménage à son domicile du quartier Belle-vue, Commune de Dixinn. Il a été admis dans une clinique de la capitale. Heureusement, il y a finalement, plus de peur que de mal.

Au téléphone, M. Camara se veut rassurant : « Ça commence à aller parce que c’était au deuxième degré, donc superficiel. L’accident s’est produit le dimanche, 21 septembre. La plaie a commencé à se cicatriser. Ça va. La brûlure a eu lieu à partir des chevilles jusqu’aux genoux et les deux jambes. Quant à mon bras, il s’est déjà cicatrisé. L’effet s’est fait sentir du poignet au coude », précise-t-il.

Sur l’origine de l’accident, Titi explique : « Comme vous devez le savoir, les accidents domestiques sont fréquents et, on ne les prévoit pas. Vu que c’est la fin de la saison des pluies, je suis allé aider le jardinier. Entre-temps, un jeune du quartier nous a rejoints pour offrir son appui volontaire ».

Il poursuit : « Le jeune a ainsi commencé à désherber. Nous avions auparavant, dégagé un lieu où l’on devait calciner les ordures afin d’en diminuer le volume. J’ai demandé au jeune d’aller acheter un (1) litre d’essence. Lui, il allé acheter dix (10) ! C’est ainsi qu’il a tout versé sur les ordures avant que je ne revienne sur les lieux. Parce que j’avais quitté pour la maison, le temps pour lui d’aller acheter le carburant ».  

L’ancien capitaine du Syli national de football de conclure : « Mon inquiétude, c’étaient les fils électriques qui surplombent ma clôture mais aussi, les voisins. Avant que je ne revienne donc,  lui, il avait déjà mis le feu dans les ordures. Heureusement que j’ai eu la présence d’esprit de tourner mon dos. C’est ainsi que la flamme m’a touché sur les parties que j’ai citées plus haut. Le bon Dieu m’a sauvé. Et, ici, à la clinique Ambroise Paré, on s’occupe bien de moi ».

Les visites à l’ancien Ministre des Sports du Président Alpha Condé sont limitées pour ne pas dire interdites en raison de l’épidémie de la fièvre Ebola et l’Urgence sanitaire nationale qui a été déclarée.

Mohamed Diawara pour Conakryonline.com

Top Top