Cri de colère contre Lansana Conté, Général Président

Mon Général Président, Je me permets de vous adresser ce cri de colère poussé du fond de mon cœur que vous avez brisé et que vous brisez chaque jour en prenant la population de mon pays pour des canards sauvages.

En organisant sciemment le massacre de vos propres compatriotes et en refusant de satisfaire leurs revendications les plus élémentaires, vous resterez à mes yeux un Général et un Président qui a failli à sa mission et trahi sa patrie.

Voici mes raisons mon Général Président:

Vous êtes un Président qui, au lieu de rester le garant des institutions dont vous avez accepté la mise en place en vue de faire de la Guinée un Etat de droit où chaque Guinéen dispose de droits et de devoirs, vous bafouez notre loi fondamentale pour satisfaire vos désirs inassouvis. Vous vous estimez au dessus des lois et décrets de notre République.

Vous abusez de votre pouvoir pour sortir de prison 2 justiciables Guinéens qui n’étaient qu’en détention provisoire. La détention de ces individus n’engendrait pas le moindre dysfonctionnement de vos fonctions ou des autres institutions républicaines. Cette forfaiture vous coûtera cher.

Vous êtes un Président qui a autorisé le multipartisme permettant l’avènement de plusieurs partis politiques pour concourir diversement à la formation politique du citoyen Guinéen. Mais d’un autre coté vous diabolisez ces partis et vous faites de leurs dirigeants vos pires ennemis alors qu’en ayant une audience et une opinion différente des vôtres, ils forment naturellement une opposition républicaine utile dans une démocratie. Combien d’entre eux ont été jetés en prison arbitrairement par vos soins ?

Vous êtes un Président qui s’est fait élire pour durer alors que vous n’avez plus la santé ni la lucidité indispensables à l’exercice de cette haute charge de l’Etat guinéen. Et ce faisant, au lieu de faire preuve de courage et d’honnêteté envers vos concitoyens en libérant le poste, vous vous déchargez sur des premiers ministres ou ministres d’Etat chargés des Affaires présidentielles qui n’ont reçu aucun pouvoir propre permettant de gouverner afin de hisser la Guinée au rang des pays où il fait bon d’y vivre.;

Ayant vu leur pouvoir d’achat grignoté par l’inflation monétaire, la société civile et les organisations syndicales vous approchent poliment pour vous suggérer des solutions qui amélioreraient leurs conditions de vie ( salaires décents ,transport,logement…)et rendraient transparente la gestion des affaires publiques par la nomination d’un premier ministre de large consensus. Quoi de plus légitime ?

Subitement vous cessez d’être ce Président malade qui avait délégué ses pouvoirs le temps que son fils soit en mesure de le remplacer.

Vous devenez un général qui n’a jamais perdu de guerre. Vous refilez votre uniforme militaire et déterrez aussitôt la hache de guerre contre une femme et ses camarades syndicalistes qui vous prenaient pour un bon père de la nation.

Un mois plus tard vous mobilisez toute l’armée guinéenne contre enfants, femmes et vieillards:des catégories de population que tout soldat digne de ce nom a le devoir de protéger en temps de paix comme en temps de guerre. De surcroît vous n’avez pas le courage de prendre le commandement de vos troupes afin de maîtriser l’action de celles-ci. Vous vous défaussez sur un autre Général « commandan ya di moi ya di » qui, le moment venu vous servira de bouc émissaire.

Certes, pour une fois vous n’avez pas trahi votre caractère de Général cinq étoiles pour remporter la plus illustre victoire qui fera de vous un maréchal couvert de honte. En revanche vous trahissez les Guinéens en les faisant massacrer par des mercenaires et des militaires Guinéens inconscients.

Je vous dis haut et fort qu’en décrétant l’état de siège dans mon pays qui aurait été un havre de paix avec un Chef d’Etat avisé, vous resterez pour moi le plus filou des chefs d’Etat contemporains Je n’oublierai jamais que vous avez abusivement embastillé votre propre population.

Vous avez autorisé le massacre de la jeunesse guinéenne (la relève de notre nation) qui vous réclame le changement par ce qu’elle est excédée par votre mauvaise gouvernance. En revanche vous mettez à l’abri des balles et de la vindicte populaire vos femmes et vos enfants. Quel courage!

En 23 ans de pouvoir, vous ne vous êtes montré ni comme un Président visionnaire ni comme un vaillant Général qui a rapporté aux Guinéens le moindre trésor de guerre, surtout la guerre contre la pauvreté. Je vous rappelle qu’il y a à peine 2 mois, le Président du Mali, un Général de l’armée comme vous, a rapporté à son pays pour sa bonne gouvernance,un chèque de 400 000 000 $ offert par TRANSPARENCY INTERNATIONAL.

En jouant sur deux tableaux (tantôt vous êtes Général en tenue, tantôt vous êtes Président de la République mais respect pour la chose publique), vous me faites penser à l’âne de Buridan: "un âne ayant aussi faim que soif qui ne saurait choisir entre une botte de foin et un seau d’eau placés à égale distance de lui et qui serait mort de faim et de soif".

N’avez vous pas compris que l’élévation d’un homme au dessus des autres ne se justifie que s’il apporte à la tâche commune l’impulsion et la garantie du caractère ?. C’est une telle élévation que les Guinéens attendaient de vous en vous croyant au dessus de la mêlée .Hélas !

Vous avez fait honte à la Guinée en rabaissant sans sourcier toute cette grande nation très respectueuse de ses valeurs ancestrales et qui vous imaginait apte à vous occuper de leurs affaires mais pas des petites affaires familiales, amicales ou corporatistes .C'est ignominieux de la part d'un soldat de prendre en otage de pauvres civils sans défense.

Alors, mon Général Président je crie ma haine contre vous et vous demande de vous retirer pour laisser les Guinéens développer leur pays dans la sérénité.


Fodé Sékou TOURE-MAME
Bourg La Reine
France

Pour Conakryonline.com

Top Top