Des travailleurs du ministère des droits de l’Homme en grève de la faim

Ils sont des jeunes sortants d’universités et qui ont postulé pour être des travailleurs du ministère des Droits de l’homme et des Libertés publiques. Depuis mercredi, ils ont entamé une grève de la faim de trois (3) jours. Une grève qui coïncide, cette année, avec le 10 décembre, journée mondiale des droits de l’homme avec pour thème : « Trois cent soixante cinq (365) jours de violation des droits de l’Homme ».

Ces jeunes cadres qui ne seraient pas encore pris en charge au niveau de la Fonction publique, exigent que leur situation soit régularisée, dans les plus brefs délais. Ils ont placé leur plate-forme revendicative sous le slogan: « 365 jours de violation des droits de l’Homme par le ministre des droits de l’Homme et des libertés publiques ». Un cri de cœur qu’ils brandissent sur une banderole. Une façon, pour eux, d’être en phase avec le thème de l’année. Ils accusent leur ministre de traitement discriminatoire à leur encontre.

El hadj Sylla Hady Hawa, gréviste déclare : « Nous sommes une trentaine de cadres qui ont été sollicités par le ministre Kalifa Gassama Diaby de venir travailler avec lui. Nous évoluons dans deux cadres. Des fonctionnaires et des non-fonctionnaires, comme moi. Mais, nous avons remarqué que malgré nos efforts à accomplir les missions à nous confiées, le ministre n’a aucune considération pour nous. Nous évoluons de promesse en promesse. Nous avons cherché plusieurs fois, à le rencontrer, en vain ».

Ils soulignent d’autre part, que depuis 2012 que ce ministère a été créé, il n’a pas de cadre organique. Pour eux, la présente action est une alerte et ils souhaiteraient rencontrer le Premier ministre ou le Président de la République pour la régularisation de leur situation administrative.

Aux dernières nouvelles, le ministre Secrétaire général de la présidence de la République, Naby Youssouf Kiridi Bangoura « est venu nous voir et nous a demandé de désigner deux porte-parole et un représentant du cabinet du ministre Gassama ».

Une notre de service signée du ministre demande aux grévistes de mettre fin à leur action en attendant de trouver une issue à leur demande.

Il faut souligner que le ministre Kalifa Gassama Diaby avait signalé, en octobre dernier, à la presse la situation difficile dans laquelle évolue son département ministériel et se portait même avocat de certains de ces jeunes : « Le département des Droits de l’homme et des libertés publiques n’a pas reçu de budget de fonctionnement, mais cela ne nous a pas empêché de fonctionner. Il y a des jeunes dans ce département qui ne sont pas payés depuis 16 mois, mais nous continuons de travailler et cela ne nous a pas découragés. Depuis que nous sommes là, mon département n’a pas reçu de budget ».

Mohamed Diawara pour Conakryonline.com

Top Top