Ebola : Dakar multiplie les opérations de charme

Deux autres actions sont venues s’ajouter aux opérations de charme à l’endroit de la Guinée. L’ouverture de ce que Dakar "les couloirs humanitaires" et la visite rendue par la Ministre de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal à la famille d’accueil de celui qu’une certaine presse sénégalaise a qualifié de « tristement célèbre Mamadou Lamine Diallo ». La visite d’Awa Marie Coll Seck remonte à 72 heures, c’est-à-dire, au vendredi 26 septembre, « accompagnée d’une forte délégation » pour, selon le confrère du pays de la Terranga, « témoigner sa sympathie à la maisonnée, ainsi qu'à tout le quartier » et qu’ « Ayant vécu une stigmatisation profonde, ces habitants des Parcelles Assainies ont reçu les encouragements du Ministre de la Santé, qui n’a pas manqué de louer le mérite de la famille de M.L.D, [Mamadou Aliou Diallo ; NDLR] stigmatisée et ayant vécu un isolement très douloureux ».

D’autre part, comme pour dire qu’effectivement l’étudiant guinéen a été victime d’une haine, même chez les politiques, le confrère sénégalais rapporte une anecdote : « la Ministre a raconté son refus de serrer la main de l’adjoint du maire qui lui disait qu’"Ebola est parti" [en parlant du jeune guinéen ; NDLR]. Eva Marie Coll Seck lui objectera que le virus Ebola était toujours présent aux alentours du pays ».

Comme pour rassurer des bonnes dispositions des autorités, « La Ministre de la Santé et de l’Action sociale, qui se plaignait de la fermeture de la boutique du chef de famille [stigmatisation faisant ; NDLR], par ailleurs oncle de M.L.D, lui assénera : "Ré-ouvrez la boutique, et je serais votre première cliente". Ce qui fut fait avant le départ du cortège ».

Aux dernières nouvelles, selon la presse sénégalaise, « le Pr. Alpha Condé [en séjour] à New-York pour la 69ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, a eu un entretien téléphonique avec le Président [Macky] Sall. Une discussion qualifiée d’enthousiaste et de décontractée qui a tourné [autour des] voies et moyens de restaurer un climat de sérénité entre les pays qui partagent non seulement une frontière mais aussi une histoire commune ».

 

Mohamed Fayad Bah, pour Conakryonline

Top Top