Ebola : L’ambassadeur des USA réaffirme le soutien de son pays

Le 1er octobre 2014, le Président de la République recevait au Palais "Sèkhutureya", l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des Etats-Unis en Guinée. Accompagné de spécialistes des maladies infectieuses du CDC d’Atlanta et chargés des recherches sur Ebola, Alexandre Laskaris était venu réaffirmer le soutien de son gouvernement au Pr. Alpha Condé dans la riposte à la fièvre hémorragique à virus Ebola. Le Plénipotentiaire américain, comme l’a d’ailleurs suggéré le Président Barack Obama, de faire passer les messages dans les langues vernaculaires, a fait une déclaration en langue nationale sosso, dont voici la version en français parvenue à Conakryonline :

« Pendant les cinq derniers mois, nous avons tous eu à faire avec le virus Ebola, une nouvelle en Afrique de l’Ouest. Mais encore une maladie, une de la longue ligne de crises de santé publique qui menacent la Guinée et le monde.

Nos parents sont venus de l’âge où beaucoup de leurs proches ont été frappés par la variole ; nos parents se souviennent de la lutte de leurs générations contre la poliomyélite. Si nous allons plus loin en arrière dans l’histoire, nous nous rappelons qu’un bon tiers de la population de l’Europe a été tué par la peste bubonique. Aujourd’hui, nous avons la grippe aviaire, le syndrome respiratoire aigu sévère et d’autres nouvelles maladies qui surgissent de la nature.

Les éléments communs sont la peur initiale et la détermination ultérieure. La plupart des maladies de notre histoire sont d’abord considérées comme des malédictions, ou même des complots. Mais nous nous rendons compte inévitablement qu’elles font partie du monde naturel ; elles sont évitables, traitables et éventuellement curables.

Je rentre tout juste de vacances des Etats-Unis, où on me demandait constamment si j’avais peur de contracter le virus Ebola. J’ai dit que les choses les plus dangereuses en Guinée étaient les moustiques, les voitures et les motos. J’ai dit que la Guinée est confrontée à la typhoïde, la méningite, le choléra et la fièvre charbonneuse sur une base quotidienne et les enfants souffraient d’anémie et de carence en vitamine B.

Oui, le virus Ebola est terrible, mais c’est une maladie qui doit être confrontée avec l’éducation, le traitement et surtout la compassion ».

M’Mah Soumah pour Conakryonline.com

Top Top