Ebola : Pèlerinage à la Mecque compromis pour les candidats guinéens

Deux annonces viennent d’être faites qui confortent la thèse selon laquelle aucun candidat au pèlerinage 2014 en provenance de la Guinée et au-delà, des deux autres pays du "bec du perroquet", ne sera admis sur les Lieux saints de l’islam. La raison est liée à la présence de la fièvre hémorragique à virus Ebola dans ces pays ; maladie dont l’ampleur ne cesse d’inquiéter.

La première annonce est venue du Chargé d’Affaires de l’Ambassade du Royaume d’Arabie saoudite en Guinée. En effet, lors d’une récente rencontre avec la presse, Mohammed Ahmad Almaoad a déclaré qu’« En raison de la propagation inquiétante de la fièvre hémorragique à virus Ebola dans les trois pays de la Mano River Union, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone et, dans le cadre des mesures préventives envisagées au regard de la présence d’environ 12 millions de pèlerins venus du monde entier à La Mecque, cela a amené les autorités saoudiennes à prendre la décision de suspendre les visas "Hadj" et "Umra" pour les candidats guinéens ».

Cette intervention a été étayée par le  Ministre de la Coopération internationale, alors que les candidats guinéens étaient préalablement informés que « l'Arabie saoudite attend une certification de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour lever la suspension visant les pèlerins guinéens aux lieux saints de l'Islam ».

Ainsi, Moustapha Koutoubou Sanoh a rendu publique la décision officielle saoudienne en ces termes : « Compte-tenu de l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola qui sévit en Guinée, les autorités saoudiennes ont refusé d’accorder le visa aux pèlerins guinéens. Le gouvernement a tout fait pour les convaincre afin d’accorder le visa aux candidats en provenance de la Guinée ».

Il a, par ailleurs, précisé que « Depuis avril dernier, le gouvernement guinéen négocie avec l’Arabie saoudite pour la levée de la suspension. L’Etat a mené toutes les démarches. Mon dernier voyage en Arabie saoudite date du 28 juillet 2014. Nous [le gouvernement guinéen, NDLR] sommes allés jusqu’au bout. Il faut respecter la souveraineté de l’Arabie saoudite. Cette interdiction n’entamera en rien les relations entre les deux pays ».

Il faut signaler d’autre part, que certains pays environnants ont pris des mesures de prévention allant de la fermeture de leur espace aérien à tout vol en provenance ou à destination de la Guinée, à la fermeture pure et simple de leurs frontières avec la Guinée.  

Mohamed Diawara, pour Conakryonline.com

Top Top