Ebola : Quand Jean-Marc Telliano du RDIG accuse le pouvoir

La conférence de presse de l’opposition républicaine, du mardi, 25 novembre 2014 sur « la situation sociopolitique » de la Guinée a été du déjà entendu. Revendications et menace de recourir à la rue à travers des manifestations. Elle annonce leur reprise « à partir 15 décembre 2014, si rien n’est fait ». Le nouvel élément "servi", c’était l’accusation portée contre le pouvoir par l’ancien ministre de l’Agriculture et député du RDIG. Selon Jean-Marc Telliano, le pouvoir est derrière un vol pour d’échantillon d’Ebola pour "sanctionner" des populations non acquises à sa cause. Autrement dit, le pouvoir chercherait à semer la mort dans ces milieux.

En effet, il y a une semaine, on signalait le vol, par des coupeurs de route sur la nationale Kankan – Kissidougou d’une glacière contenant un échantillon d’un décédé suspecté d’être victime d’Ebola.

Mais, lors de la conférence de presse hebdomadaire pour faire le point de l’évolution de la maladie, le Coordinateur national de lutte contre la maladie Ebola avait informé que « des enquêtes sont en cours pour tenter de retrouver les traces des coupeurs de route qui ont emporté une glacière qui contenait des échantillons d’une personne suspecte d’Ebola ».

Dr Sakoba Keita d’expliquer qu’ « Il s’agit d’un seul échantillon prélevé d’un patient décédé à Kankan » et qu’« Avant son enterrement, ils ont fait ce prélèvement et ils ont mis dans un dispositif sécurisé qui a été mis à son tour dans la glacière. Au paravent, la plupart des échantillons collectés en Guinée durant ces dernières années viennent  par les véhicules de transport en commun ».

Saisissant l’occasion de la conférence de presse de ce mardi, Jean-Marc Telliano accuse le pouvoir d’être derrière cet acte, notamment, « Le président Alpha Condé de vouloir utiliser ces échantillons de sang du virus mortel contre des citoyens qui  ne lui seraient pas favorables politiquement ».

Le leader du RDIG de s’expliquer : « Dans un pays organisé, on ne peut pas laisser des glacières de virus [d’Ebola]dans un transport en commun. Parce qu’ils ne pourront pas dire que ces personnes qui ont fait disparaître ces glacières ne sont pas connues du système. Ce n’est pas possible. Aujourd’hui, vous journalistes, leaders d’opinions, partis politiques, nous devons tous, nous impliquer pour connaitre la vérité dans cette affaire. Parce que, ce que je me suis dit en tant que leader d’opinion, pas leader politique, je me suis dit, peut-être que le système va mettre ce virus-là, dans des zones qui ne lui sont pas favorables. Ça c’est au moins clair ! Parce que, … ». Murmure dans la salle.

Aussitôt, le député tente de se défendre : « Oui, je peux me poser des questions comme ça. Je ne peux pas comprendre là où tout le monde s’est impliqué pour lutter contre un virus, une épidémie, que l’on fasse volatiliser deux glacières dans un transport en commun. Selon les informations que j’ai reçues. Si tel est le cas, le responsable, c’est le système ».

Cette autre sortie de Jean-Marc Telliano n’a pas dû être appréciée dans les rangs de l’opposition elle-même car, on voyait des regards d’étonnement se croiser dans la salle de la Maison de la Presse.

Ibrahima Sory Yansané pour Conakryonline.com

Top Top