Fièvre Ebola : Dr Saran Daraba Kaba estime que « L’heure est à l’action ».

Dr Hadja Saran Daraba Kaba est une dame bien connue des Guinéens. Cette diplômée de pharmacie est l’actuelle Secrétaire générale de la Mano River Union. Elle a été l’une des 24 candidats à l’élection présidentielle de 2010 en Guinée. Elle fera alliance avec le candidat du RPG au second tour et sera le porte-parole attitré d’Alpha Condé au point qu’elle a été pressentie par la rumeur comme Premier ministre du nouvel élu des Guinéens, Pr. Alpha Condé. Mais, les engagements de ce dernier feront que le poste a échu à une certaine communauté.

Hadja Saran Daraba très au fait des réalités sociales et socio-économiques du monde a été ainsi proposée par le Chef de l’Etat à ses pairs de l’Union du Fleuve Mano dont elle conduit les destinées, aujourd’hui.

Très active au sein de nombreuses organisations féminines en Guinée et dans la sous-région, elle a été du gotha féminin, avec une certaine Ellen Johnson Sirleaf du Libéria, à jouer les facilitatrices pour la réconciliation entre les présidents libérien, Charles Taylor, guinéen, Lansana Conté et sierra-léonais, Ahmad Teejan Kabbah qui seront réunis en sommet à Rabat au Maroc, sous l’égide du Roi Mohammed VI, en 2002.

D’autre part, depuis le déclenchement de la fièvre hémorragique à virus Ebola, Dr Saran Daraba n’a cessé de multiplier les actions en vue de la riposte à cette pathologie qui sévit dans l’espace du Fleuve Mano.

Justement, à l’issue de la réunion de haut niveau sur la fièvre Ebola, tenue en marge de la 69ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, le Chef de l’Etat a multiplié les contacts. Au nombre de ces rencontres, celle avec le Révérend Jesse Jackson. Audience à laquelle était présente la Secrétaire générale de l’Union du Fleuve Mano.

Spécialiste aussi de santé publique, Dr Saran Daraba a fait savoir que « L’heure est à l’action ». Pour cela, soutient-elle, « La communauté internationale doit accélérer son engagement sur le terrain et agir maintenant car, cela fait 9 mois que nous luttons sans relâche sur le terrain. C’est pourtant une menace globale », a-t-elle averti.

Rappelant que « La Sierra Leone et le Libéria sortent de deux décennies de conflit », elle va souligner que « La Guinée a traversé des tensions politiques. En dépit des efforts, la capacité de nos institutions reste encore à renforcer. C’est pourquoi, il est important que la communauté internationale agisse maintenant pour stopper le virus Ebola ».

C’est pour cela que Dr Saran Daraba Kaba estime que « Le soutien médical est clé, mais il faut aussi prendre en considération la situation économique et envisager dès maintenant la gestion de la situation post-Ebola pour ces économies fragilisées par la crise et son impact économique ».

Sur un autre registre, la Secrétaire générale de la Mano River Union fait remarquer : « Il est par ailleurs clair que nos populations situées dans l’épicentre de l’épidémie, à la frontière des trois pays, ne connaissent pas les frontières. Ce sont souvent les mêmes communautés, les mêmes familles. Cela fait des millénaires que ces populations se déplacent ainsi, de part et d’autres des frontières. Il faut être réaliste. On ne peut attendre que ces populations cessent, du jour au lendemain, de se déplacer. C’est aussi pour cela que la coordination et l’approche régionales sont décisives et qu’il faut déployer la réponse médicale appropriée, avec un dispositif adéquat ».

 

M’Mah Soumah pour Conakryonline.com 

Top Top