Fièvre Ebola : La FAJ et l’UJAO appellent à plus de professionnalisme

Inviter les médias internationaux et africains à plus de professionnalisme dans la couverture de l’épidémie de la fièvre Ebola, c’est l’objet de l’appel conjoint de la Fédération Africaine des Journalistes (FAJ) et de l’Union des Journalistes de l’Afrique de l’Ouest (UJAO). Une épidémie à laquelle sont principalement confrontés les trois (3) pays de la Mano River Union, à savoir : Guinée, Libéria et Sierra Léone. La propagation fulgurante de cette maladie devient de plus en plus, inquiétante au regard notamment, du nombre de cas très élevé et des causes de contamination très diverses et variées. Et, il se trouve que les pays et les communautés affectées tout comme le personnel médical et les différents acteurs ne sont pas familiers avec cette pathologie. Son traitement est très complexe et on note une insuffisance d’équipements et de facilités sanitaires au regard de certaines pratiques culturelles et funéraires qui peuvent allonger la chaine de contamination.

La désinformation tout comme les rumeurs ou autres mythes sur la fièvre hémorragique à virus Ebola peuvent aggraver la situation et annihiler les efforts fournis dans le cadre de la riposte à la maladie.

Le Président de la FAJ a ainsi interpellé ses confrères en ces termes : « Nous appelons nos confrères à adopter une approche professionnelle dans la couverture médiatique, mais aussi à faire des efforts de sensibilisation en vue de ne pas tomber dans la stigmatisation et la panique. Nous devons aussi exhorter les populations à adopter des mesures sanitaires à tous les niveaux en vue de réduire la propagation de la maladie, particulièrement en Guinée, au Libéria et en Sierra-Léone ».  

Le nigérian Mohamed Garba a aussi lancé : « Nous invitons également la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union Africaine (UA) à engager rapidement des actions concrètes en vue d’assister les pays affectés à combattre l’épidémie ».

Le Président de l’UJAO a, de son côté, salué les efforts déployés afin de venir à bout de ce virus maudit tout en recommandant plus d’engagement et accompagnés de moyens. Les risques de propagation de la maladie sont encore réels et doivent être combattus particulièrement avec le soutien des pays voisins, a-t-il relevé.

Pour le libérien Peter Quaqua, « Il est de notre responsabilité collective de prévenir la propagation de la maladie, et les autorités gouvernementales ont l’urgent devoir de coopérer avec les médias pour combattre l’expansion rapide de la maladie, et d’œuvrer à un climat serein dans toute la sous-région ».

Il a rappelé la participation de l’UJAO au Forum organisé à Dakar au Sénégal, les 8 et 9 septembre 2014 sur la Communication et la prévention de la maladie à virus Ebola. L’UJAO exhorte les personnels de santé et humanitaire à beaucoup plus partager des informations avec les journalistes qui ont le devoir de faire connaitre d’éventuels cas de contamination.

Peter Quaqua a saisi l’occasion pour informer de la fermeture de certains organes de presse et l’emprisonnement de journalistes. Pour le Président de l’UJAO : « ces actes ne militent pas en faveur des efforts des médias pour la riposte à la fièvre hémorragique à virus Ebola ».

M’Mah Soumah pour Conakryonline.com

Top Top