Fièvre hémorragique Ebola : Alpha Condé déclare l’Urgence Sanitaire nationale

« Je déclare l’Urgence sanitaire nationale contre la maladie à virus Ebola en République de Guinée ». Cette déclaration du Président de la République, Pr. Alpha Condé s’inscrit dans le cadre de l’application des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé qui suggère que soit décrété dans les différents pays frappés par l’épidémie de la fièvre hémorragique Ebola, « un état d’urgence sanitaire ».

Ainsi, dans la soirée du 13 août 2014, a été lue sur les antennes des médias d’Etat, « la Déclaration d’Urgence sanitaire nationale » sur l’ensemble du territoire.

Conakryonline propose ce texte qui recouvre le sceau du Premier magistrat de la nation :

Déclaration : « Notre pays est confronté à une épidémie à virus Ebola depuis le début de cette année. Face à cette situation, la Communauté internationale s’est fortement mobilisée en organisant de nombreuses rencontres stratégiques notamment, le Sommet des Chefs d’Etat de la Mano River Union, celui des Chefs d’Etat de l’Afrique et des Etats-Unis à Washington, et la rencontre de Genève.

A l’issue de ces rencontres, il est apparu que la situation de la maladie est critique et menace la santé de nombreux pays dans le monde.

Par ces motifs, l’OMS a déclaré l’Urgence sanitaire mondiale contre la maladie à virus Ebola.

 

- Considérant que la Guinée est membre signataire de la Constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé ;

- Vu la Loi 97/021/AN du 19 juin 1997, portant Code de santé publique qui a pour principe fondamental d’assurer la protection et la promotion de la santé des individus, des familles et des collectivités en République de Guinée ;

- Vu les dispositions relatives à la gestion des épidémies :

Je déclare l’Urgence sanitaire nationale contre la maladie à virus Ebola en République de Guinée.

Dans ce cadre, et en plus de celles déjà énoncées lors de ma déclaration du 30 mars dernier, les mesures suivantes sont prescrites :

1.    Il est institué un cordon sanitaire tenu par des agents de santé et des services de sécurité et de défense à tous les postes frontaliers d'entrée en république de Guinée.

2.    Les mouvements de personnes sont restreints et soumis aux mesures de contrôle sanitaire aux différents points de passage terrestres, maritimes et aéroportuaires.

3.    Tous les personnels de santé et des services de sécurité et de défense sont mobilisés pour la lutte contre la maladie.

4.    Tous les Départements ministériels, acteurs du secteur privé et de la société civile sont invités à s'associer à la lutte contre la maladie dans les domaines de la sensibilisation et de la prévention.

5.    Tous les cas suspects feront l'objet d'un prélèvement systématique et d'une hospitalisation jusqu'à l'obtention des résultats de laboratoire.

6.    Il est formellement interdit à toutes les personnes faisant partie des contacts de se déplacer hors de leur zone de résidence jusqu'à la fin de leur période de surveillance.

7.    Il est interdit de procéder au transfert des corps d'une localité à une autre jusqu'à la fin de l’épidémie.

8.    Il est institué l'utilisation systématique des équipements de protection dans toutes les structures sanitaires publiques et privées du pays.

9.    Toute personne qui s'opposera ou incitera à s'opposer de quelque manière que ce soit à la détection, au traitement, à l'isolement ou à l'examen d'un malade, d'un suspect ou d'un contact, sera considéré comme une menace contre la santé publique et subira la rigueur de la loi.

Il est instruit aux comités de riposte au niveau national, préfectoral et sous-préfectoral, de procéder à une évaluation journalière de la situation et de partager l’information avec les acteurs et partenaires nationaux et internationaux.

Les présentes mesures entrent en vigueur à compter de ce 13 août 2014 ».

Déclaration recueillie et transcrite par

Mohamed Fayad Bah, pour Conakryonline.com

Top Top