KIOSQUE: REGIME ALPHA CONDE, un pouvoir qui inquiète !

Comme le chemin de l’enfer, les six mois du pouvoir du Professeur Alpha Condé sont pavés de bonnes intentions mais exprimées de façon, plutôt confuse. Les promesses et autres professions de foi se succèdent et se ressemblent toutes.

Les six mois auront été consacrés à ce jeu qui aura fini par ne produire que très peu de choses et même une « tentative d’assassinat ». Avec un gouvernement de circonstance très moribond et composé de tout, sauf de l’essentiel le Président Alpha condé ne pouvait que mal partir.

L’on ne saurait parler de progrès, en termes d’actes concrètement posés, ni de décisions objectivement prises.

La seule chose concrète reste et demeure le recul de la démocratie avec en toile de fond, le musèlement assuré de la presse. Alpha est venu à la faveur d’une politique de stigmatisation entretenue et dirigée contre un certain groupe humain, qualifié de « JUIFS » que l’on substituerait à celui d’Israël, auquel l’on s’emploierait à effacer le destin.

Celui qui dit ne pas vouloir diriger un cimetière, doit éviter d’en être le pourvoyeur.

Or, au nombre des actes posés par le pouvoir en place, il y a, en plus des bonnes intentions mal exprimées, des blessés et même des morts, enregistrés lors de la « tentative d’assassinat » du chef de l’Etat guinéen, sa majesté, le souverain Alpha Condé.

Que dire alors de la gestion du pouvoir par celui qui est affectueusement appelé « le Professeur », sinon que les guinéens et guinéennes s’inquiètent de voir que le soleil du « professeur » brûle trop fort et que ses débuts sont déjà maculés ? Le pouvoir tourne en rond, c’est le sentiment suscité par toute cette confusion qui règne autour, non seulement de cette forme de gouvernance imprécise et inquiétante mais aussi et surtout sur le sujet le plus brûlent du moment.

A savoir :

Cette tentative d’assassinat du Président.

La réconciliation attendue ne semble pas être d’actualité, quand, déjà, le fossé, par la faute d’hommes et de femme trop zélés, ne fait que se creuser davantage, entre des communautés ethniques qui ont tout à partager et qui sont d’ailleurs, contraint de vivre ensemble.

Le Président Alpha Condé doit absolument se ressaisir et se mettre au dessus des considérations unitiles et sortir ainsi le pays de la Géhenne.

Alpha a-t-il seulement les capacités de le faire ?

C’est toute la question !

                              <wbr></wbr>                              <wbr></wbr>                              <wbr></wbr>                              <wbr></wbr>                       Yarie Camara Le Défi plus N°007 du 1 er août 2011

Top Top