La CEDEAO ordonne, le Sénégal décide de rouvrir ses frontières

Lors de la récente session extraordinaire de la rencontre au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO tenue à Accra au Ghana, le jeudi 6 novembre 2014, l’organisation sous-régionale a déclaré avoir pris note de l’évolution de la situation de l’épidémie Ebola en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Selon le communiqué final, le Sommet s’est fortement préoccupé de l’impact négatif de la maladie à virus Ebola sur les économies des pays directement affectés, la sécurité humaine et la situation sociale et humanitaire dans la région. Il a également exprimé sa préoccupation face aux menaces que fait peser cette épidémie sur le processus d’intégration et sur la paix et la sécurité régionales.

Réaffirmant leur ferme détermination à poursuivre, dans la solidarité et la coordination, leurs efforts dans la lutte résolue contre la maladie à virus Ebola, les chefs d’Etat et de gouvernement ont invité les Etats membres de  la CEDEAO à élaborer et à appliquer, de toute urgence, des lignes directrices sur le traitement et la gestion d’Ebola, conformément aux standards de l’OMS.

Réitérant leur attachement indéfectible aux principes de la libre circulation au sein de l’espace CEDEAO, les chefs d’Etat ont invité tous les Etats membres de l’institution sous-régionale à s’y conformer. Et d’ordonner la levée des restrictions et interdictions sur les mouvements des personnes et des biens en direction ou en provenance des pays affectés par Ebola, tout en assurant le contrôle sanitaire requis au niveau des frontières.

C’est ainsi, en application de cette recommandation du sommet, que le Sénégal a annoncé la prochaine réouverture de son espace aérien aux pays africains frappés par Ebola (Guinée, Sierra Leone, Liberia).

C’est le président Macky Sall qui l’a annoncé dimanche, 9 novembre à Dakar à des confrères sénégalais lors de « La table de la presse ». Un échange avec des patrons de presse initiateurs d’une rencontre avec les autorités et principaux décideurs du pays dénommée.

Comment interpréter alors, la sortie, le vendredi, 7 novembre, du ministre sénégalais de l’intérieur, qui avait déclaré « le chef de l’Etat, Macky Sall, était à ce sommet-là » et qu’« Il va apprécier la situation en relation bien avec bien évidemment, les ministères de l’Intérieur et de la Sécurité publique et aussi le ministère de la Santé » ?

Abdoulaye Daouda Diallo poursuivant, a dit, « sur la base de ces appréciations, il [Macky Sall ; NDLR] prendra une décision que nous appliquerons. S’il y a lieu d’ouvrir ces frontières parce qu’on a estimé qu’on commence à vaincre le mal, il n’y a pas de problème. Si on estime qu’il y a encore des difficultés apparentes à ce niveau, je pense que l’on continuera en tout cas, de veiller à sécuriser nos populations ». Une façon de dire que le Sénégal, pouvait "refuser" de rouvrir ses frontières avec ces pays notamment, la Guinée !

M’Mah Soumah pour Conakryonline.com

Top Top