Paris : Quand Lansana Kouyaté et Sidya Touré s’entendent

On est bien à se demander si la démarche actuelle qui consiste à se rapprocher de Lansana Kouyaté est-elle une stratégie de conquête du pouvoir établie avec son allié Cellou Dalein Diallo ou bien une initiative personnelle de Sidya Touré qui se lasse désormais de jouer les seconds rôles auprès du leader de l’UFDG. En tout cas, Sidya Touré et Lansana Kouyaté viennent de réaffirmer « une totale convergence de vue sur le présent et une même analyse de l’avenir » au terme d’une rencontre qu’ils n’ont pas voulu ébruiter dans les préparatifs. Les deux hommes qui ont la même attache ombilicale à travers la préfecture de Boffa, se sont ainsi concertés à Paris dans la plus grande discrétion et, pour les conclusions de la rencontre, ils ont publié un document afin de faire connaitre leur position commune face aux réalités sociopolitiques du pays.

Tous deux députés, avec la différence que Sidya Touré a accepté de siéger alors que, « pour convenances personnelles et conformément aux recommandations des instances du parti », Lansana Kouyaté a choisi de pratiquer la politique de la chaise vide. Donc, les deux ne pouvaient en réalité parler des préoccupations des populations, vacances parlementaires obligeant, sinon que de stratégie de conquête du pouvoir suprême. Certainement dans le dos de Cellou Dalein Diallo qui a créé le buzz lors de son récent séjour au pays de l’Uncle Sam.

Toutefois, ils ont réaffirmé leur volonté d’une « alternance crédible au sommet de l’Etat » qui, selon eux, devrait passer par l’union sacrée de tous les partis politiques qui se réclament de l’opposition. Mais, avec quelle tête de file ? Là est toute la question.

En attendant, voici le texte produit à l’issue de cette rencontre tel que parvenu à Conakryonline :

« Mardi 2 septembre 2014, les présidents de l’Union des Forces Républicaines (UFR) M.  Sidya Touré et du Parti de l’Espoir pour le Développement National (P.E.DN) M. Lansana Kouyaté ont tenu une concertation à Paris portant sur les situations politiques, sociales et économiques en République de Guinée. Les deux leaders, avec une totale convergence de vue sur le présent et une même analyse de l’avenir qui peut en découler, ont abouti au constat ci-après :

 

1- De la situation politique

 

Des années de combat mené avec abnégation et sacrifice par les jeunes, les femmes et les hommes de Guinée devraient aboutir à ce jour à la prospérité et au bien-être de notre peuple sur l’incontournable socle de la Démocratie, du respect des droits humains et de la transparence dans la gestion des affaires du pays. Malheureusement, ce résultat est aujourd’hui spolié et perverti par des manœuvres dilatoires et des pratiques dangereuses tendant à fragmenter l’unité nationale et sociale du pays qui n’auraient d’autres conséquences que de nourrir la haine des Guinéens les uns vis-à-vis des autres. Les présidents de l’UFR et du P.E.DN expriment, aujourd’hui plus encore qu’hier, leur viscéral attachement à l’unité nationale. Ils tiennent à rappeler que notre pays est composé de régions naturelles et non divisé en groupes ethniques. La diversité est un atout et non un obstacle au Développement du pays.

Ils ont déclaré leur totale détermination à mener, par l’effort des actes et par la sagesse de la pédagogie, le combat pour l’unité de la Guinée qui, ils en sont convaincus, recevra la plus patriotique adhésion de la majorité de leurs concitoyens. Ils lancent un pressant appel à tous les partis politiques de l’opposition à se joindre à ce combat tout en resserrant les rangs en vue d’une alternance crédible au sommet de l’Etat dont les errements des tenants actuels fournissent de dangereux mais in discernés arguments aux divisionnistes. Pour rendre possible toute alternance démocratique, les élections à venir doivent être crédibles parce que élaguées des fraudes, des structures électorales et administratives aux ordres d’un pouvoir totalitariste.

 

2. De la situation sociale

 

La situation sociale est aujourd’hui dominée par la catastrophe sanitaire due à Ebola qui s’est abattue sur notre pays avec pour corollaire des centaines de morts, une montée des suspicions, une détérioration du climat de solidarité qui, des siècles durant, a imprégné les évènements de joie et douleurs vécus par les familles. Nos traditions imposent cette solidarité alors qu’Ebola est en voie d’en disposer autrement. Les deux présidents du P.E.DN et de l’UFR expriment leurs sincères condoléances à toutes les familles endeuillées par cette impétueuse épidémie et remercient la communauté internationale pour l’aide déjà apportée tout en demandant aux autorités sanitaires guinéennes de ne rien cacher de la vérité sur le terrain car c’est à ce prix, à celui de la sensibilisation à outrance, que la maladie sera totalement éradiquée.

3- De la situation économique

Messieurs Sidya Touré et Lansana Kouyaté ont eu une convergence de vue sur l’état calamiteux de l’économie guinéenne dont la dégradation s’est faite par le manque de vision du leadership, l’incompétence de l’administration et la corruption institutionnalisée ; toutes choses ayant entrainé la paupérisation généralisée de nos populations. L’épidémie Ebola, par la fermeture des frontières n’a fait qu’empirer cette situation économique plus qu’alarmante. Le salut de la Guinée se trouve dans l’unité de la nation et dans l’alternance qui doit être le point de rupture d’avec un régime devenu impotent.

Les deux leaders lancent un appel à la communauté internationale : la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne, l’ONU et les partenaires bilatéraux de ne point baisser la garde pour la naissance d’une véritable démocratie telle que le souhaitent les Guinéens.

 

Fait à Paris mardi, 2 septembre 2014

Pour le P.E.D.N : Lansana Kouyaté

Pour l’UFR : Sidya Touré » 

 

Bangaly Sylla pour Conakryonline.com

Top Top