Un comité de crise condamne le drame de Womey

Lors de leur sortie médiatique du vendredi dernier, les membres d’un comité dit de crise ont commencé par condamner les tueries de Womey en considérant, a priori, que « personne n’a le droit d’ôter la vie à son prochain ». Ce comité a été « mis sur pied pour participer activement à la manifestation de la vérité et à la recherche d’une paix sociale durable en Guinée forestière ».

C’est pour cela, que « le comité de crise condamne fermement ces actes de violences ayant conduit à des tueries à Womey. Il dénonce par la même occasion les exactions en cours dans ce village, notamment les vols et pillages systématiques des biens appartenant aux citoyens de Womey, les violences physiques, les arrestations arbitraires ainsi que la destruction des habitations ». Ils souhaitent que les auteurs de ces actes soient « retrouvés et punis à la hauteur de leur forfaiture ».

Toutefois, les membres de cette structure souhaitent que soient tenue compte de « la responsabilité pénale et personnelle » tout en rappelant que « chaque citoyen répond individuellement de ses actes ».

D’où, ces recommandations

Aux autorités civiles, militaires et judiciaires à :

- Diligenter dans les plus brefs délais, une commission d’enquête impartiale afin de faire la lumière sur les incidents regrettables de Womey ;

- Mettre en place une stratégie efficace et adaptée de communication en vue de contrer efficacement l’épidémie d’Ebola en Guinée, en général, et dans les zones rurales, en particulier ;

- Situer les responsabilités suite aux pertes en vies humaines en détectant et en punissant les auteurs, de quelque bord qu’ils soient, cela conformément aux lois de la République ;

- Ordonner immédiatement le retrait et sans conditions des forces de défense actuellement postées à Womey ;

- Ordonner en outre l’arrêt immédiat des arrestations arbitraires et abusives, des pillages, des vols, et autres exactions en cours à Womey ;

- S’abstenir de toute stigmatisation de la communauté forestière en général et celle de Womey en particulier ;

- Associer les communautés dans toutes les stratégies qui seront mises en place pour l’éradication de l’épidémie d’Ebola ;

- Eviter la chasse aux sorcières et respecter les droits de l’homme en toutes circonstances ;

- Œuvrer au retour et sans délai des citoyens de Womey dans leur village.

A la communauté Internationale et aux organisations humanitaires locales à :

- Organiser des assistances humanitaires à l’endroit des populations injustement déplacées de Womey ;

Aux communautés de N’zérékoré et des sous-préfectures rattachées à :

- Ne pas recourir à la violence lors des revendications sociales quelles qu’en soient l’urgence et la gravité ;

- Privilégier la négociation et les autres modes de règlement pacifique des conflits.

Joe Touré pour Conakryonline.com

Top Top