VIH-Sida : GUSAA Guinée s’implique dans la lutte

L’Association des Anciens Boursiers Guinéens du Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique (GUSAA) vient de donner le top départ de son cycle de formation sur la prévention du VIH et le Sida. Avec un appui financier de US ambassy en Guinée, il s’agira d’une série d’ateliers qui devra regrouper des élèves leaders. L’idée d’organiser ces sessions procède du constat peu reluisant de la situation sanitaire du pays qui voit, hélas, le nombre de cas des PVVIH augmenter. Cette triste réalité est soutenue par les résultats de deux enquêtes : l’Enquête Démographique Santé (EDS) III qui rapportait le taux de prévalence du VIH/Sida de 1.5% en 2005 et l’EDS IV de 2012 qui indiquait le chiffre de 1.7 en 2012. Comme pour dire, qu’il y a eu une augmentation des cas d’infections. Ce qui appelle des actions vigoureuses afin de l’éradication de l’action de cet autre virus maudit.

Faut-il se laisser porter sur la nouvelle triste réalité du virus Ebola qui sévit de façon foudroyante ? C’est en cela que GUSAA a envisagé la tenue de cinq (5) ateliers de formation sur la prévention du VIH et le Sida à l’intention de 250 élèves leaders.

Le Président de GUSAA Guinée a décliné l’objectif fixé par ces ateliers : « L’objectif général de ces ateliers de formation vise à donner des compétences aux élèves leaders, en vue d’aider leurs pairs à adopter des comportements et pratiques qui les protègent contre l’infection à VIH ».

Abdoulaye Sow de poursuivre : « Ainsi, ces élèves leaders formés, seront de véritables pairs éducateurs dans leurs écoles et dans leurs communautés pour contribuer à réduire la prévalence de cette pandémie dans notre pays ».

Au nom de l’ambassadeur des USA, la Conseillère chargée des Affaires culturelles a salué cette initiative de GUSAA Guinée pour la lutte dans laquelle elle vient de s’engager en vue de la prévention du VIH/Sida : « Aujourd’hui, nous sommes confrontés au VIH/Sida en tant que problème de santé publique, toute chose qui nous oblige à mettre l’accent sur la prévention, le dépistage, le counseling et le traitement, ainsi que la lutte contre la stigmatisation des malades et leurs familles ».

Emily Green estime, toutefois, que « Nous sommes loin de l’époque où le VIH/Sida était une condamnation à mort, lorsque la maladie était vue avec un effroi surnaturel dans nos deux pays [USA et Guinée ; NDLR], et lorsque plusieurs étaient dans le déni que c’était en fait tout simplement une maladie, une des nombreuses maladies qui menacent la santé publique ».  

De son côté, le Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique déclare que son Département « mesure l’ampleur des défis auxquels la Guinée est confrontée dans la lutte contre le VIH/Sida ». C’est pourquoi, médecin-colonel Rémy Lamah« remercie les membres de l’Association des Anciens Boursiers Guinéens du Gouvernement américain pour l’organisation des ateliers de formation des élèves leaders dans ce domaine » ceci, relève-t-il, « compte-tenu de l’importance, de l’urgence et de la complexité reconnue aux questions de la prévention du VIH/Sida dans notre pays ».

Le Ministre de la Santé a saisi l’occasion pour faire une invite : « Je demande aux pairs éducateurs qui seront formés de s’associer à la lutte contre le virus Ebola par la sensibilisation. Ebola et le Sida sont tous deux, des maladies réelles à combattre pour la survie de nos populations ».

Ibrahima Sory Yansané pour Conakryonline.com

Top Top